dimanche 15 juillet 2012

Lana Del Rey: le rêve national le temps d'une cigarette




(Pour Rue 89)

7 minutes. C’est la durée d’une cigarette et du dernier clip de Lana Del Rey National Anthem.

Lana y projette le fantasme d’une Amérique chimérique de la fin des années cinquante, incarnée dans le mythe des Kennedy et illustrée ici par une esthétique de caméra 8mm et le décor de la région des Hamptons, dans laquelle les élites de la Côte Est avaient pour habitude de passer leurs vacances. Dans le clip, la chanteuse joue le rôle de Jackie Kennedy tandis que John Fitzgerald est interprété par le rappeur noir A$AP Rocky. 

D’emblée, on sent une certaine ironie, puisqu’à la même époque les lois de ségrégation raciale (lois Jim Crow de 1877) étaient encore en vigueur. Pour ajouter un peu d’amertume, Lana met en avant les faux semblants du pouvoir et de l’argent qui depuis, sont venus crever le mythe national des Kennedy.     

Ce sont donc des visages d’Amérique antinomiques qui sont mis ici en symbiose.
Une provocation aux yeux de certains, mais en vérité, un coup de pied féminin à l’intolérance et au racisme (on n’en donnera jamais suffisamment), voire un hymne à l’amour et à l’égalité.

Mais comme une cigarette, la chimère ne dure que 7 minutes. La fumée du tabac nous entoure d’une impression de liberté mais la réalité scientifique nous rappelle les dégâts sur l’organisme dès que nous écrasons notre mégot. Dans le clip, un coup de feu et un dernier souffle retentissent à 6’40’’ avec des images rappelant celles de l’assassinat de JFK. C’est le retour à la dure réalité, le glas du mythe et du déni retentit comme les mots d’un médecin nous annonçant brutalement un cancer.

Alors, nous pourrions nous rassurer. Après tout, Lana montre ici un monde passé situé vers le début des années soixante. Or, depuis, le Civil Rights Act (1964) a aboli les lois de ségrégation et un noir a été élu Président des Etats-Unis. Nous pourrions nous dire que désormais, tout va pour le mieux. Mais prenons quelques chiffres contemporains de nos démocraties. Les Afro-Américains représentent 12 % de la population américaine, mais 42 % de la population du couloir de la mort. En France, les arabes et les noirs ont 7 fois plus de risques d'être contrôlés par la Police que les blancs, et les chiffres de discrimination à l’embauche sont tout aussi accablants.

Pourtant, il n’y a pas que de l’amertume dans ce que l’on peut interpréter de ce clip. Au contraire, quelque chose de poétique et prenant en ressort. Le sourire des enfants métissés du couple, la voix de Lana, la musique et ses nappes harmoniques qui font réellement penser à un hymne. Le tout charrie des idéaux nationaux et universels qui nous font garder espoir.

7 minutes douces-amères et provocatrices qui donnent un peu d’inspiration dans nos démocraties en manque de souffle. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire